Zoom sur Serge, commercial terrain qui détonne

Fier de notre réseau de commerciaux à travers la France, nous vous présentons Serge qui met son expérience au service de ses clients de la Loire. Commercial terrain à l’humour et la bonne humeur infaillibles, il aime le franc parlé et la proximité avec ses clients.

Serge Oriol : commercial terrain Astic Emballage

Depuis combien de tps travailles-tu pour le groupe Astic Emballage ?

Je suis commercial terrain depuis 1989. J’ai rejoint le groupe il y a 5 ans, suite au rachat de Pilat pack. Mon arrivée dans cette nouvelle structure m’a apporté une nouvelle façon de travailler. La communication au sein de l’équipe et l’expertise des uns et des autres nous permet de répondre rapidement aux sollicitations de notre clientèle.

Quelle vision as-tu de ton métier de commercial ?

Ayant toujours eu un bon sens du relationnel, j’aime naturellement tisser des relations humaines. Cela me permet de mieux comprendre les attentes et problématiques de mes clients. Ainsi, je leur apporte mon expertise et ma vision. J’apprécie pouvoir chercher et proposer les solutions les plus adaptées.
La pluralité de ma clientèle est une chance, cela m’aide à proposer des produits préalablement testés et validés.
La relation que je tisse avec mes clients est basée sur l’honnêteté, la confiance est primordiale dans notre activité et permet de bâtir des relations durables.

Si tu ne devais choisir ou recommander qu’un seul produit, lequel serait-il ?

Ce que je préfère ce sont les machines et leur technicité, mais c’est impossible de choisir une machine précisément ! Globalement, je dirai que j’ai une préférence pour les machines qui permettent le conditionnement sous film.

Vous désirez en savoir plus ?

Contactez-nous

Partagez cet article !

Nos dernièresactualités

Adhésif pour carton Tesa 4713 : une révolution en matière de recyclage

profilé Noma®Protect Warning Profiles

Le profilé qui sera votre allié dans la prévention des dangers

Le carton au service des jeunes designers

Le carton au service des jeunes designers